OMNI

Musique - 8 septembre 2016

Post-punk Georgia on my mind

Un groupe américain de Géorgie, un mix jouissif de post-punk revisité version artie, la batterie obsédante de Billy Mitchell, les rifs d’une guitare vibrante et mélodique, celle de Frankie Broyles, et la voix entêtante de Philip Frobo. Tout cela, c’est OMNI.
Loin du rock facile et répétitif, OMNI introduit la mélodie dans son identité musicale, quitte à dérouter l’auditoire habitué.
TENTEN se rend backstage, et parle processus créatif avec OMNI.

Quand avez-vous créé le groupe ? Comment est-il né ?

On a fondé Omni quand, avec Frankie Broyles, nous avons commencé à écrire des chansons ensemble, sur notre temps libre. Nous avons écrit les chansons qui composeraient Deluxe en 2014.

Pourquoi le nom OMNI ? A-t-il une signification particulière ?

The Omni était une salle légendaire du basket US, là où jouent les Atlanta Hawks, mais aussi une arène dans laquelle s’étaient produits Led Zeppelin ou David Bowie quand, à l’époque, ils venaient à Atlanta. L’architecture du bâtiment est aussi incroyable. Ça vaut le coup d’en regarder des vieilles photos sur Google.

Et comme tout à Atlanta, ils l’ont détruit pour le remplacer par une monstruosité. On a donc décidé que c’était un nom plutôt cool pour le groupe, qui collait bien avec notre musique.

Quels sont les “rôles” respectifs de chacun des membres du groupe ?

Sur l’album, Frankie joue de la guitare et des percussions, et je chante et joue de la basse.

Notre ami de toujours, Billy Mitchell, joue de la batterie pour le groupe pendant les concerts.

Quelles sont vos influences ?

À l’époque, on aimait vraiment la scène de Glasgow (Orange Juice ou Josef K), ainsi que les grands d’Athènes et d’Atlanta (Pylon, Kevin Dunn, les B-52s). On aimait bien Magazine, aussi.

Comment définiriez-vous votre musique ?

On adhère complètement à l’idée d’un 45 tours parfait, comme « Let’s spend the night together » ou « Tell her no ». On veut que chacune de nos chansons puisse être envisagée seule.

Comment se sent-on à la sortie d’un premier album ?

Ça fait du bien ! C’est toujours un peu stressant de sortir un album, mais c’est cool que tout le monde puisse écouter Deluxe.  

De quelle manière s’est passé l’enregistrement de l’album ?

L’enregistrement s’est déroulé de manière très naturelle. On a réalisé tout le disque avec notre complice, Nathaniel Higgins (l’ancien guitariste des Carnivores). Il nous connaît, et sait à la fois ce qu’est notre son, mais aussi ce qu’il devrait être. Le processus de travail était amusant, et rapide.

Avez-vous collaboré avec d’autres artistes ?

Pas encore de collaboration. Mais je pense que ça pourrait être amusant, plus tard.  Peut-être Damon Albarn nous appelera-t-il pour le prochain LP de Gorillaz.

Y a-t-il une part biographique dans les textes de l’album Deluxe ?

Si vous voulez dire autobiographique, oui, je m’inspire en partie de ma vie pour écrire les chansons. Principalement les observations de gens dans leur vie de tous les jours, et de toutes les nuits, qu’ils soient, entre eux, complices ou sérieusement insupportables.

Comment a été pensée la cover de l’album ? Qui est-ce qui l’a réalisée ?

Frankie l’a fini dans une chambre d’hôtel sur la route de Chicago, en janvier. Je crois, pendant ce temps, Billy et moi nous sommes écroulés devant de mauvais films de super héros. Lui est resté travailler jusqu’au petit matin.

Quels sont les souvenirs restant de l’enregistrement ? Avez-vous des anecdotes ?

Nous sommes restés dans ma maison, pour enregistrer les voix, et les mixs. On a regardé chaque film de James Bond, sans le son, pendant qu’on était en studio.

En plus de cela, pas mal de bières, de pizzas et de Fernet-Branca.

Quels sont vos projets ? Avez-vous des dates de prévues en Europe et en Belgique ?

On a un bon programme, cet été et automne, de concerts aux États-Unis et au Canada. On planifie encore notre venue en Europe. On adorerait venir en Belgique, à vrai dire. Alignez trois bières rouges sur un comptoir, et vous nous verrez rappliquer.

facebook.com/omniatl
www.differ-ant.fr
www.troubleinmindrecs.com

Image du haut : ©Brock  Scott

Propos recueillis par Charles Shinaski

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail to someonePrint this page

Articles reliés