AHOOGA

Design - 8 juin 2016

Gomme à bosses

AHOOGA est une marque de vélos belges née de la rencontre de deux entrepreneurs globe-trotters, Frédréric Mertens et Philippe Lefrancq. En 2015, ils lancent un vélo pliant, électrique, élégant et ultra-léger qui répond aux préoccupations des usagers, pour des villes plus intelligentes et « heureuses ». Avec son assistance électrique, le Ahooga bike efface les reliefs de la ville sans rien perdre des sensations deux roues. Étant en plus un poids plume dans sa catégorie ainsi que très compact il permettra d’être facilement et rapidement rangé à l’intérieur à l’abri du mauvais temps et des personnes mal intentionnées.
Du 3 au 5 juin 2016, Ahooga s’est ouvert à l’Europe en présentant à LikeBike Monte-Carlo, son produit phare de même que ses dernières options en termes de customisation.
Entretien

Comment est né le projet AHOOGA ?

Ce projet nous est directement inspiré par notre ville : Bruxelles, dont le modèle de mobilité semble atteindre ses limites. Plus exactement, la source d’inspiration fut la confrontation de la situation de Bruxelles à d’autres modèles qui ont fait leur preuve dans d’autres contrées, comme Copenhague. Nous sommes convaincus que le secret des villes les plus heureuses réside dans des déplacements agréables. Une mobilité (mixte) adaptée a le pouvoir de transformer nos villes et de nous rendre plus connectés, vivants et libres. Le simple fait d’insérer la bicyclette dans nos habitudes de transport aide à combattre énormément de problèmes. Toutefois, jusque-là, le vélo n’empêchait pas la fatigue, ni la transpiration ou encore les soucis liés aux intempéries et au vol…
C’est cette réflexion qui a poussé la création de la société en juillet 2015. Avec notre startup bruxelloise, nous nous sommes fixés la mission de contribuer à « dissoudre les obstacles aux villes heureuses ». Tout un programme n’est-ce pas ?
Dit plus simplement et en d’autres mots, nous concevons des vélos et accessoires qui répondent aux préoccupations des personnes qui hésitent encore à utiliser la bicyclette au quotidien. (sourire)


Pourquoi ce nom AHOOGA ?

AHOOGA est une onomatopée. C’est le son du klaxon d’une voiture remarquable des années 1920, un jalon parmi tant d’autres dans l’histoire de la mobilité. Ce son a été adopté par l’industrie du film comme un effet sonore symbolisant l’étonnement et l’excitation, entre autres émotions. Vous vous souvenez des Tex Avery par exemple ?
AHOOGA c’est tout cela, c’est le projet de modestement influencer l’histoire de la mobilité, à commencer par celle de Bruxelles, tout en intégrant des univers (comme le design, le cinéma…) qui nous sont chers.

Qu’est ce qui différencie le AHOOGA eBike des autres vélos électriques ?

Le Ahooga eBike donne vie à une combinaison exclusive de caractéristiques : un vélo à la fois pliant, électrique, ultra léger, rigide, confortable, rapide, élégant, compact, équipé de pièces standard, doté d’accessoires innovants, qui se plie très rapidement et se porte très facilement. Si l’on parle « design » un instant, nous pouvons nous arrêter sur la structure triangulaire du cadre et sur l’absence de charnière, caractéristiques qui confèrent à cette monture de nombreux avantages. Citons en deux : d’une part, une solidité et une sécurité accrues (pas de risque de pliage incontrôlé ou, pire, de rupture soudaine) ; d’autre part, le cadre est plus rigide (les vélos pliants à charnières sont généralement « mous » et grinçants) et permet donc au Ahooga eBike d’être plus dynamique et agréable à conduire.

Quels sont les avantages d’une utilisation quotidienne du vélo électrique ?

Le simple fait d’insérer la bicyclette dans nos habitudes de transport aide à combattre les problèmes d’embouteillages et de stationnement. Et c’est notre première bataille car ce premier aspect est déterminant pour une ville heureuse. Mais le vélo permet aussi de renverser les impacts néfastes sur la santé, l’économie et l’environnement que la voiture (pour ne citer qu’elle) engendre.
Pourquoi l’économie ? Réfléchissez aux nombres d’heures que les automobilistes passent bloqués dans les embouteillages qu’ils créent au lieu de les consacrer à des activités utiles, comme une tâche professionnelle, un moment agréable entre amis ou une séance de sport. Sans omettre les coûts de soins de santé causés par une vie sédentaire et par la pollution (gaz d’échappements, particules fines, nuisances sonores) dues à l’abus de l’utilisation de l’automobile. En outre, la voiture s’avère beaucoup plus onéreuse que la bicyclette, notamment en matière d’infrastructures (pour rouler et pour stationner), de carburant, d’assurance, etc. Finalement, la bicyclette favorise les contacts, la convivialité, les arrêts dans les magasins, les activités commerciales. Dès lors, les retombées économiques favorables de l’utilisation du vélo comme moyen de transport sont indéniables.
Enfin, si on équipe la bicyclette d’une assistance électrique puissante et légère, comme c’est le cas du Ahooga eBike, les montées disparaissent du paysage et une ville comme Bruxelles devient aussi cyclable qu’Amsterdam, merveilleux avantage susceptible de convaincre de nombreux cyclistes potentiels de laisser la voiture au garage et de se déplacer efficacement et agréablement en vélo.

Si la batterie est éteinte (ou vide), le vélo est-il utilisable comme un vélo standard ? N’est-il pas trop lourd ?

Nous avons mentionné que ce vélo est ultra léger : 10 kg en version standard, 13 kg pour la version électrique (incluant non seulement le moteur, mais aussi la batterie). Ce poids était une obsession pour faciliter le transport à la main de ce vélo pliant, mais aussi pour maintenir ce vélo hors de la catégorie des « poids lourds » qui deviennent inutilisables lorsque la batterie est épuisée. Dans le cas où l’autonomie de la batterie (plus de 50km dans des paysages vallonnés comme celui de Bruxelles) est épuisée, le Ahooga eBike reste un vélo léger, rapide et agréable à conduire. On pourrait le qualifier de vélo hybride.

Comment et en combien de temps recharge-t-on un vélo électrique ?

Il suffit de brancher la batterie à une simple prise murale avec le câble de recharge, pendant 2-3 heures pour recharger complètement le Ahooga eBike. A noter qu’il n’est même pas nécessaire de retirer la batterie vu qu’il s’agit d’un vélo pliant qui peut être rangé à proximité d’une prise.

Le vélo électrique est-il cher ?

Dans notre vision des choses, afin d’impacter la mobilité de nos villes, nous souhaitions apporter une solution qui réponde aux préoccupations des usagers actuels et potentiels. Un aspect à ne pas négliger dans ce contexte et selon nous, c’est le prix. Si nous voulons populariser l’usage du vélo, il nous faut apporter une solution de qualité à un prix abordable. Nous sommes donc dans la tranche « good value for money ». Peu de bicyclettes, pour ne pas dire aucune, sont disponibles aujourd’hui à ce niveau de qualité (poids, équipement, finition, élégance, autonomie…) et à ce prix.

Comment voyez-vous nos villes d’ici dix à vingt ans ? Pensez-vous que les centres-villes seront fermés aux voitures ?

Le modèle voiture comme élément principal de la mobilité est clairement obsolète. Pourquoi se déplacer – généralement seul – avec une tonne de ferraille lentement et chèrement en brulant du diesel alors qu’on peut se déplacer avec 13 kg d’acier efficacement et pas cher en brulant de sa graisse ? L’issue est dans la mixité. Nous ne sommes pas militants anti-voiture, nous plaidons juste contre l’abus de son utilisation. L’un de nous d’ailleurs, vivant en périphérie, l’utilise toujours, mais pas en milieu urbain. Il a choisi de se rapprocher en voiture qu’il laisse à l’entrée de la ville, où il se déplace en vélo. C’est peut être ça l’avenir proche : une mixité des moyens de transport, grâce à des parkings de périphérie en quantité, des pistes cyclables plus sures et plus nombreuses et un réseau de transport public plus développé sans oublier des flottes de voitures électriques partagées….

Actuellement, les villes sont-elles adaptées à la circulation à vélo ?

Clairement, c’est un point à améliorer. Nous passons d’ailleurs beaucoup de temps à échanger avec les autorités publiques et nous sommes impliqués dans plusieurs organisations qui travaillent à l’amélioration de la mobilité et de la vie des cyclistes.…

Quelles sont les prochaines étapes de votre projet ?

À ce jour, plus de 170 vélos arpentent les rues escarpées de la capitale belge. Après un lancement contrôlé (entendez local) afin de garder une proximité clients que nous qualifions de vitale pour le produit et le bonheur des utilisateurs, nous sommes prêts pour une commercialisation à plus large échelle. Elle s’appuiera désormais sur un réseau de revendeurs compétents dans les grandes villes européennes. C’est à LikeBike Monte-Carlo (3-5 juin) que cette transition vers l’Europe se fera. Nous y présenterons, entre autres, nos dernières options en termes de customisation.

En 2017, nous nous consacrerons aussi au lancement d’un cadenas révolutionnaire et d’un nouveau modèle absolument unique de vélo s’adressant à un besoin très particulier. So stay tuned !

ahooga.bike
likebikemc.com


Propos recueillis par CocoVonGollum

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail to someonePrint this page

Articles reliés