Kelley Stoltz

Musique - 10 février 2016

Expérimentations Flamboyantes

Kelley Stoltz est un compositeur érudit et collectionneur invétéré de disques résidant à San Francisco.
Prenant des distances avec les côtés plus pop de ses précédents albums, In Triangle Time, se teinte de post punk à la fois minutieux et brillant.
Talent discret et rare, bidouilleur sensible, Kelley Stoltz manie les expérimentations comme un orfèvre, transformant tout ce qu’il touche en pépite musicale.
Tel un falsificateur de la nostalgie, un magicien gourou, il ouvre la voie à une nouvelle génération de rock psyché.

Pourrais-tu nous parler de toi, de ton parcours ?

 Les 20 dernières années, j’ai travaillé la musique très régulièrement. J’ai commencé assez tardivement à jouer d’instruments et écrire des chansons (quand j’avais une vingtaine d’années). Avant cela, je ne faisais que rêver.

Quelles sont tes influences, références ?

Toutes les chansons de mon enfance dans les années 80 jusqu’à aujourd’hui. Ma passion pour la musique a commencé avec David Bowie et ses descendants, Echo & the Bunnymen, Bauhaus, New Order. En grandissant, je me suis intéressé à Bob Dylan, au Jazz, au Gospel. Toutes ces influences se retrouvent bien sûr dans ma musique.

Reste-t-il des traces de ton métier de disquaire dans ta musique ?

Oui, j’ai toujours mon job dans le magasin de disques. Heureusement, le boss me laisse la liberté de m’absenter lors de grandes tournées mais j’y travaille toujours.

Comment décrirais-tu ta musique ?

La musique pop des années 60 et 80.

Ton dernier album s’appelle “In Triangle Time”, pourquoi ce nom ?

Je choisis toujours des paroles de chanson comme titre d’album. C’est dans le morceau Cut Me, Baby. Je trouvais que cela fonctionnait bien avec l’artwork de Paul Wackers que j’ai utilisé. Je ne suis pas sûr de comprendre le lien mais dans cette chanson, j’ai trouvé que c’était une étrange signature rythmique pour la musique et pour la danse.  

Comment as-tu composé cet album ?

Pendant plus d’une année : je joue tous les instruments sur cet album donc ça a pris pas mal de temps.

Tu as signé sur Castle Face le label de John Dwyer (Thee Oh Sees), comment s’est fait la rencontre ?

Je connais John depuis environ 15 ans et j’ai souvent joué avec lui. J’ai enregistré l’album des Thee Oh Sees qui s’appelle Sucks Blood. Nous nous sommes toujours bien entendus et maintenant il m’aide, ce qui pour moi est fantastique.

As-tu collaboré avec des artistes sur ton dernier album ?

Mon amie Allyson Baker a joué beaucoup de guitare et un peu de basse. Elle a monté un groupe appelé Dirty Ghosts, qui joue de la super musique post-punk funk. Phil Manley de Trans Am a aidé pour le mixage ainsi que Kevin Ink qui joue de la basse avec moi.

As-tu passé beaucoup de temps à composer cet album ?

Plus d’une année …

Quels sont tes futurs projets ?

Continuer à chercher l’inspiration et la patience pour faire plus de musique.
Peut-être que je viendrais bientôt à nouveau en Europe.

kelleystoltz.com
differ-ant.fr


Propos recueillis par CocoVonGollum

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail to someonePrint this page

Articles reliés